Mûres21Marlène aux putes,Brigitte aux bains

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Mûres21Marlène aux putes,Brigitte aux bainsMarlène ma fine fleur rousse ne se contentait plus de faire la salope dans l’espace étroit de ma garçonnière.Cela ne lui suffisait plus d’envoyer son rôle d’enseignante et de ménagère consciencieuse par-dessus les moulins en s’habillant en pute devant moi et en se faisant enculer avant de retrouver son foyer.Les jambes en l’air, m’encourageant à la bourrer violemment, elle aurait voulu que des gens se branlent en nous regardant.Elle aurait voulu me voir jouir entre les nichons d’une grosse dame de sa connaissance. Elle se serait caressée en nous regardant.Lorsqu’elle avait commencé de me demander des détails croustillants la manière dont Brigitte me léchait, et qu’elle découvrait le plaisir d’imaginer la vieille dame au chignon prendre mes couilles en bouche, Marlène était revenue dans ma vie comme une amante clandestine, alors que je la connaissais bien avant Brigitte.J’avais joué le jeu du couple sérieux et fidèle en me mettant en ménage avec Brigitte, mais la relation devenant de plus en plus difficile, je m’étais résolu à revoir Marlène en cachette.Nous nous étions revus en grand secret. Après un dîner dans une auberge de campagne, nous avions baisé debout dans la forêt. J’avais retrouvé ses petits seins avec un plaisir sauvage, et ma queue jubilait de se faire avaler de nouveau par sa chatte de gamine, tandis que sa langue si douce caressait la mienne.Ma relation avec Brigitte brillait de ses derniers feux. Marlène ne ressentait plus la moindre jalousie, elle savait que cette relation s’achèverait bientôt. C’était donc sex izle un plaisir pour elle de sucer ma grosse queue en sachant que ce membre vigoureux était encore léché par la vieille dame prétentieuse.tout en visualisant les détails les plus crus, elle me gobait les couilles délicieusement, en sachant que Brigitte venait d’y passer sa langue quelques heures avant, et que les sensations comparées se bousculaient dans mon corps.Toutefois, les jouissances procurées par Brigitte ne faisaient qu’attiser mes plaisirs de Marlène, comme ces seaux d’eaux qui, sur un violent incendie, aliment les flammes en s’évaporant immédiatement, leur procurant même de l’oxygène.Lorsque j’avais piné Marlène dans la forêt, je sentais que, toute notre vie, quelles que soient les circonstances, notre état naturel c’était cela: baiser quoi qu’il arrive. Nous aurions beau nous marier chacun de notre côté, nous finirions par nous retrouver, et la rencontre se transformerait très vite en un concert de soupirs, avec un enfilage en règle et une bonne giclée.Avant de nous rendre dans une soirée libertine, nous sommes allés aux putes.Le premier trio me coûta très cher. La fille était une jeune blonde sophistiquée, polie comme une hôtesse de l’air. Je l’avais saillie comme une petite chienne, pendant que Marlène me donnait un doux baiser.Les deux femmes m’avaient ensuite invité à me coucher. Marlène me lécher les couilles pendant que la fille me suçait avec un préservatif. Sans qu’elle soit obligée de le faire, elle se mit gentiment à passer sa langue sur la fente de Marlène, qui goûta cette faveur xhamster porno inattendue. C’était un cunni assez sage, sans grand enthousiasme, mais un cunni tout de même.Après sa prestation, la fille s’éclipsa pour nous laisser baiser sur ce lit à baldaquin, baignant dans une lumière rose, entourés de coussins vulgaires et de fleurs factices.La pute suivante, une jolie petite thaïlandaise, dissimulait tant bien que mal son désintérêt pour moi, mais prenait plaisir à se blottir contre le corps de danseuse de Marlène. Enlacées, les deux femmes s’embrassaient. Leurs deux corps tout fins donnaient l’impression de voir deux soeurs vicieuses. La thaïlandaise se donna beaucoup de peine pour bien lécher Marlène.Ce devait être réussi, car Marlène suçait assez distraitement la queue que je lui avais fourré dans la bouche.Si Brigitte n’avait pas été aussi coincée, je lui aurais volontiers offert des séances au bordel. J’aurais aimé la voir, les cuisses écartées, dans l’attente de son dessert. Tout en l’embrassant tendrement, j’aurais guetté l’excitation dans son regard au moment où la jeune fille que j’aurais préalablement choisi aurait ouvert la porte, et sans un mot, se serait placée comme une petite servante appliquée pour laper comme une jeune chatte la fente rasée de la vieille dame.La langue de la pute aurait été comme un trait d’union entre trois générations. A 19 ans, elle aurait eu l’impression de lécher sa grand-mère de 73 ans.Peut-être que Brigitte n’aurait pas été trop jalouse si j’avais pris la petite pute en levrette, alors que celle-ci yabancı porno lui lapait le con. Mais connaissant Brigitte, je pense qu’elle m’aurait tendu sa langue en m’attirant vers elle, afin de me faire éjaculer sur elle comme nous en avions l’habitude.Lorsque j’avais invité Brigitte aux bains thermaux, je peux déjà m’estimer heureux qu’elle ait accepté que nous nous enfermions tous les deux dans une cabine de douche. nous nous étions déjà bien reposés après la chaleur étouffante du bain turc. Allongés sur des chaises longues, la surveillante des bains devait regarder avec attendrissement ce garçon prévenant qui apporte un verre d’eau à sa maman, ou qui relève l’inclinaison de sa chaise en réajustant sa serviette.Brigitte s’était relevée. Elle était chaussée de sandales en plastique, élégamment décorées d’une marguerite. Même à moitié nue, on reconnaissait la dame bourgeoise, soignée, que ce soit par ses bagues, ses ongles teints, le port de sa tête, la couleur dorée de son chignon.J’avais donc rejoint ma fière maman sous la douche. Une fois la porte fermée à clef, nous nous étions dépêchés de copuler après un baiser fougueux. Brigitte s’était retournée, les mains appuyées contre le mur. La douche continuait de couler. M’agrippant à ses hanches, je l’ai bourrée à toute vitesse comme une petite chienne.Il ne fallait tout de même pas rester une heure dans cette douche. Je lui donnais de grands coups de bite pour gicler rapidement. Je gardai ma main sur ses hanches jusque toute ma semence ai fini de se projeter dans son doux vagin toujours bien arrosé.C’est avec un air imperturbablement digne que Brigitte regagna la salle de repos, sous le regard de la surveillante.Une jolie vieille dame, qui s’entend bien avec son fils… Son fils, dont le sperme vient de couler délicieusement dans son vagin repu.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir